Spread the love

LA DROITE RÉPUBLICAINE DOIT ÊTRE GAULLISTE ET DANS
L’OPPOSITION

Le résultat de l’élection européenne de 2019 a déstabilisé, dans l’immédiat, la Droite républicaine. Même s’il
s’agit là d’un résultat de circonstance, sur un scrutin particulier, il s’avère révélateur de nombreuses tensions
et ambitions. Ces derniers jours, la profusion de déclarations de responsables politiques, mais aussi de
militants choqués, la démission de certains ou de certaines, conduisent à une impression de confusion et de
chaos.
Le RPR souhaite d’abord remercier Laurent Wauquiez.
D’abord, il a été élu par les militants LR qui ont, ainsi, nettement montré la ligne politique qu’ils voulaient voir
défendue. Ensuite, il a été élu président de la région Auvergne-Rhône-Alpes sans aucun bidouillage. Nous
voulons le remercier car, avec lui, nous avions beaucoup échangé et avions signé, de nouveau, pour notre
mouvement, un accord comme personne morale associée (PMA) aux LR. Dans le cadre de cet accord, il y
a, en autre, la présence de dix de nos représentants au Conseil national et d’un de nos représentants au
Bureau politique des Républicains.
Le RPR réaffirme sa critique de la politique menée par
Macron et son gouvernement : absence de réduction de la dépense publique, réforme de l’assurance
chômage, non contrôle de l’immigration clandestine, projet de loi bioéthique (PMA sans père), réforme
constitutionnelle avec instauration d’une proportionnelle partielle, nouvelles taxes, augmentation de
l’électricité, etc. Notre opposition à la politique du gouvernement reste inchangée, car Macron n’a
aucunement changé de ligne. Les élus qui s’affichent «Macron compatible» devront assumer leur choix en
défendant la gestion Macron.
Le RPR considère qu’il faut apporter un soutien actif à
tous nos élus, dans les débats parlementaires et ailleurs, au cours des mois qui viennent. Il importe de
soutenir les actions de nos députés et de nos sénateurs et de les faire valoir auprès des citoyens. Il s’agit de
contribuer à la visibilité politique et médiatique des actions de la Droite et du Centre pour affirmer la
permanence de la Droite républicaine et appeler au rassemblement. Le choix des futurs «chefs» en
découlera. Les groupes à l’Assemblée nationale et au Sénat doivent être, notamment, un des points de
départ de la reconstruction et aussi de l’élaboration d’un programme d’action, de gestion et de défense des
valeurs que nous défendons. Pour voter la Droite républicaine, il faut que les Français sachent ce pourquoi
nous nous battons.
Le RPR estime que la détermination de la ligne politique
et du projet de la Droite et du Centre priment avant tout. Défendre nos idées et nos valeurs avec
conviction et pédagogie pour rassembler à droite. Contribuer à la réflexion sur le projet commun qui unit les
gens de droite. Décider quelles priorités doivent être retenues pour la France et bien les expliquer aux
électeurs. C’est en s’appuyant sur les militants et l’action militante qu’il sera possible de toucher un grand
nombre de personnes. Pour surmonter la situation actuelle, la Droite républicaine doit défendre des valeurs
gaullistes et continuer à affirmer clairement sa place dans l’opposition à Macron.
Le RPR rappelle quels sont nos adversaires. L’adversaire
principal est la gauche sociale-démocrate de Macron (Lrem-Modem) qui mène une politique sans
débouchés. La communication gouvernementale, avec le soutien de journalistes, a égaré, pour un temps,
des électeurs de droite et du centre. Il convient d’expliquer pourquoi ils se sont égarés. Un autre adversaire
est constitué par l’écologie radicale anticapitaliste et les partisans de la décroissance. Ils représentent,
sous un «masque vert», le nouveau visage de l’extrême gauche traditionnelle (marxiste), de même, sur un
autre plan, la mouvance d’ultra gauche fait peser sur la République, les élus et les citoyens, un risque
concret du retour de la violence politique en France.